AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Panthéon Humain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Panthéon Humain   Mer 22 Nov - 17:00

Panthéon Grec

(attention il n'y a pas tous les dieux)


Hécate
Hécate est une déesse de la Lune, fille du Titan Persès (ou bien de son homonyme, Persès fils d'Hélios selon les traditions) et d'Astéria. Certains auteurs en font la mère de Scylla, qu'elle aurait eue avec Phorcys ou bien Apollon.
Son rôle a évolué au cours du temps.

Héracles
Héraclès de son premier nom Alcide, fils de Zeus et d'une mortelle, est un des héros les plus vénérés de la Grèce antique. La mythologie grecque lui prête un très grand nombre d'aventures qui le voient voyager à travers toute la Méditerranée et jusqu'aux Enfers, et dont les plus célèbres sont les douze travaux, qui ne représentent pourtant qu'une petite part de sa geste héroïque.

Erinyes
Dans la mythologie grecque, les Érinyes sont des divinités persécutrices. Elles sont aussi appelées Euménides , euphémisme utilisé par crainte de prononcer leur nom véritable. Selon la tradition, ce nom aurait été utilisé pour la première fois après l'acquittement d'Oreste par l'Aréopage

Hadès
Dans la mythologie grecque, Hadès frère de Zeus et de Poséidon, est le maître des Enfers (dans le sens gréco-romain du terme). Il est marié à Perséphone.

Charybde et Scylla

Dieu du Feu Malfaisant : Charybde
Déesse du Froid Chaotique : Scylla

Alignement : Chaotique pour Scylla et Mauvais pour Charybde
Histoire :

Aucun prêtre ne sait exactement comment sont "venus au monde" Charybde et Scylla, les démons liés. Toujours est-il que ces deux êtres aux pouvoirs toujours grandissant ont décidé il y a peu d'instaurer un culte à leur gloire - et à celle de leurs prophètes- afin de devenir toujours plus puissants. Leurs objectifs sont pour le moins obscurs, seul leur soif de puissance est évidente. En effet, la nature divergente des deux démons a déjà elle-même suffi à réduire en cendres bon nombre de théologiens trop passionnés par cette quête : comment un démon surgit des flammes les plus brûlantes a-t-il pu s'acoquiner avec une créature plus glacée que la mort et vice-versa ?

Une chose est certaine, en plus de leur "élément", les deux monstres possèdent des caractères distincts, qui selon leurs fidèles les unissent pour l'éternité. Alors que Charybde aime la souffrance, la violence et toutes les formes de malfaisance, Scylla aime à ne pas prévoir ses actions, et enjoint ses fidèles à faire de même et à improviser, si bien que les textes des cantiques peuvent varier d'un jour à l'autre et d'un clerc à un autre. Ces deux éléments liés permettent à chacun des deux protagonistes de trouver son compte chez l'autre : Scylla provoque divers événements invraisemblables que Charybde se fait une joie de régler à sa manière.

Mais pourquoi des êtres suivent-ils et vénèrent-ils de pareils êtres ? Par amour tout simplement de l'un des deux caractères ou des deux, mais le plus souvent, les fidèles espèrent que la gloire de leurs chefs religieux - et guerriers accessoirement - retombera sur eux, de mêmes que les chefs espèrent la même chose en ce qui concerne les pouvoirs de leurs maîtres, ce qui se produit en effet, les récompenses promises sont toujours offertes...

Les temples quant à eux, sont des architectures étranges, mêlant couleurs pâles et couleurs éclatantes, salles à la fonction bien définies et d'autres dont on se demande comment elles ont fini enchâssées dans la construction.


Dernière édition par le Mar 12 Déc - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 12:14

Les Titans

Océanos et Téthys
Il cite d'abord Océanos et Téthys, considérés par la plupart des auteurs (à commencer par Homère) comme l'origine des dieux plutôt que de "simples" Titans. Néanmoins, Hésiode et Apollodore les placent au rang de ceux-ci et confèrent le pouvoir, en premier lieu, au couple formé par la terre et le ciel, Gaïa et Ouranos.

Cronos et Rhéa
Hésiode cite en dernier lieu, parmi les Titans, Cronos "aux idées retorses", le dernier né qui, avec sa soeur Rhéa, engendra la "dynastie régnante de l'Olympe" : Zeus et sa soeur-épouse Héra, les déesses Hestia, Déméter et les dieux Hadès (dieu des enfers) et Poséidon (dieu des mers).

Japet
Le Titan Japet, avec la fille d'Océan Clyméné eut, selon Hésiode, 4 fils, dont deux particulièrement illustres :

Hypérion et Théia

La chute de Phaethon, d'après Michel-Ange
Hypérion et Théia, Titan et Titanide que l'on associe au soleil, eurent comme enfants Hélios, Séléné et Éôs, c'est à dire le soeil, la lune et l'aurore. Hélios et Séléné furent "détrônés" par Apollon et Artémis dans les cultes solaire et lunaire. Mais, si Hélios et Séléné représentaient le soleil et la lune "physiques", Apollon et Artémis en représentaient les qualités.

Cryos
Cryos et Eurybié eurent 3 fils : Astraeos, Pallas et Persès. Eurybié n'était pas une Titanide, mais une fille de Gaïa qu'elle eut de Pontos, le flot-marin, après la castration d'Ouranos.

Coeos et Phoebé
Enfin, parmi les Titans que cite Hésiode, Coeos et Phoebé, qui eurent deux filles :

Thémis et Mnémosyne
Hésiode cite également deux Titanides :

- Thémis, la seconde compagne de Zeus (la première fut Métis, voir infra et la page Cosmogonie). Elle lui donna les Heures et les Moires (ou Parques, selon la terminologie latine).

- Mnémosyne, dont le nom signifie mémoire. Elle fut l'une des "grandes" compagnes de Zeus, de celles qu'il eut avant son mariage avec Héra. Elle lui donna les 9 Muses, patronnes des Arts, souvent représentées avec leur maître, Apollon.

Epiméthé
Dans la mythologie grecque, Épiméthée (« qui réfléchit après coup ») est un Titan, fils de Japet et de Thémis (ou Clymène), et frère d'Atlas, Ménœtios et Prométhée.

Prométhée (« le Prévoyant ») comprend qu'il y a danger à accepter un présent des dieux. Il en avertit son frère Épiméthée, qui accepte malgré tout Pandore que lui offre Hermès et l'épouse. Celle-ci est la première mortelle et possède de nombreuses qualités (son nom signifie « tous les dons »). Mais Hermès met dans son cœur la fourberie et lui confie une jarre ou une boîte contenant tous les maux de la terre. Pandore, dévorée de curiosité, ouvre la boîte et délivre tous les maux qui se répandent alors pour la première fois sur terre. Voir l'article Pandore pour la signification de ce mythe. Après ce désastre, Épiméthée et Pandore engendrent Pyrrha, qui épouse plus tard Deucalion (le survivant du Déluge).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 12:43

Egyptien



Shou (Egyptien)
Shou (ou Chou) est un dieu de la mythologie égyptienne; il fait partie de la grande Ennéade d'Héliopolis.

Il naquit, ainsi que sa sœur jumelle et épouse Tefnout (ou Tphenis), de la semence d'Atoum le créateur. Ils forment ainsi le premier couple divin. Tout deux n'ont qu'un unique parent, le dieu Rê. Shou symbolisant l'air et Tefnout l'humidité, ils représentent avec leurs deux enfants, Geb (la terre) et Nout (le ciel), les quatre éléments primordiaux. C'est Shou qui, sur ordre de son père, sépara Geb et Nout (l'air entre la terre et le ciel).

Il était le symbole de l'air, mais aussi celui du souffle de la vie. On le représentait sous les traits d'un homme barbu se tenant debout ou à genou près de Geb et soutenant Nout les bras tendus. Parfois on le représentait avec son épouse sous la forme d'un lion ou encore sous la forme d'une colonne d'air.

Shou et Tefnout étaient honorés dans la ville de Léontopolis (ou Letopolis) dans le Delta. Plus tard, Rê remplacera Atoum dans le rôle du père de Shou et de Tefnout.

Néphtys (Egyptien)
Nephtys (ou Nephthys) est une déesse de la mythologie égyptienne qui fait partie de la grande Ennéade d'Héliopolis.

Elle est la fille de Nout et de Geb, et la sœur de Osiris, de Seth et d'Isis. Elle aida sa sœur Isis à ressusciter son frère-époux Osiris.

Elle est la gardienne d'un des quatre vases canopes renfermant les viscères du défunt : le vase à tête de Babouin qui contient les poumons.

Seth (égyptien)
Seth est une divinité guerrière de la mythologie égyptienne.
C'est l'un des dieux les plus complexes ; Les mythes relatifs à Seth le dépeignent comme un dieu ambitieux, comploteur, manipulateur, quand il ne se résume pas tout simplement à un assassin. Bien peu de vertus donc à l'actif de ce dieu que Rê défendit contre l'avis de toute sa famille. La protection de Rê venant du fait que Seth est le protecteur du Soleil.

Seth est associé à deux grands mythes : héliopolitain qui le met en scène avec Rê ; et le mythe osirien où il assassine son frère Osiris (Ausare). Les ruses dont il fait preuve, le procès auquel il se trouve confronté, tout dans sa vie fait de lui un dieu au profil très humain.

Par Seth grondent les orages, il s'oppose toujours à l'harmonie des choses et des arrangements, il est la force brûlante, capable de détruire toute forme de vie. De son père Geb, il a reçu la terre stérile, tandis que son frère Osiris bénéficiait des sols fertiles. On l'appelle aussi le « dieu rouge », dieu du tonnerre, de la foudre et du désordre, dieu du désert et de l'aridité, des pays étrangers : les Égyptiens s'en méfiaient beaucoup et le vénéraient.

Il a été aussi vu comme un dieu bénéfique représentant la force et l'énergie, défenseur du monde contre Apophis le serpent, le Mal incarné. Les personnes aux cheveux roux (notamment Ramsès II, quoique cette couleur puisse avoir été obtenue par le henné) ou châtains étaient considérés de son obédience. D'autres Égyptiens lui vouaient des cultes secrets qui exigeaient des sacrifices humains, ces sectes ont toujours été maudites et poursuivies par Pharaon. Dans un certain sens, le christianisme a récupéré Seth sous le nom du « diable ».

Tefnout (Egyptien)
Tefnout (ou Tphenis), déesse de la mythologie égyptienne, fait partie de la grande Ennéade d'Héliopolis.

Elle naquit, tout comme son frère jumeau - qui sera aussi son mari Chou (ou Shou)- de la semence d'Atoum, le créateur. Tefnout et Chou forment ainsi le premier couple divin. Tefnout est le symbole de l'humidité et Chou celui de l'air ; ils représentent avec leurs deux enfants, Geb (la terre) et Nout (le ciel), les quatre élements primordiaux.
Tefnout, qu'on associait aussi à la pluie, à la rosée et aux nuages, était le symbole de l'eau et de son pouvoir créateur. Elle était honorée à Oxyrhynchos et on la représentait sous la forme d'une femme à tête de lionne avec un disque solaire sur la tête.

Dans la théologie héliopolitaine, née d'Atoum, elle constitue avec son frère et époux Shou, le premier couple divin. Elle est la mère de Geb (la terre) et Nout (le ciel). Elle incarne l'air humide (soit le changement des éléments) en complément de son époux qui lui incarne l'air sec (ou la conservation).

Elle est généralement représentée sous la forme d'une femme à tête de lionne ou d'une lionne. À Léontopolis, Shou et Tefnout sont vénérés sous la forme d'un couple de lions.

Tefnout est également la personnification de la Déesse Lointaine. Elle prend alors l'aspect et les attributs des déesses dangereuses et incarne alors l'œil de Rê, le cycle du soleil brûlant et dévastateur.


Selon le mythe, La Lointaine, fille du soleil, s'enfuit dans le désert de Nubie où elle laisse libre cour à sa férocité. Son époux Shou et Thot sont chargés par Rê de la ramener, ce qu'ils firent après l'avoir enivrée de vin. Apaisée, la Lointaine retrouva son aspect bénéfique, soit l'Inondation, et rentra en Égypte.

Isis (égyptien)
Isis est le nom grec d'Aset (ou Iset), la déesse protectrice et salvatrice de la mythologie égyptienne. Elle fait partie de la grande Ennéade d'Iounou (Héliopolis).

Isis semble avoir été aux temps anciens la personnification du trône ; son nom en hiéroglyphes Iset, signifie le siège. Dans les inscriptions, elle est représentée sous les traits d'une femme coiffée d'un siège (qui ressemble à un escabeau à trois marches).

Plus tard, sa représentation change ; on la voit comme une femme portant les cornes de la vache enserrant un globe lunaire (A ne pas confondre avec Hathor).

Nout (égyptien)
Nout est une déesse de la mythologie égyptienne qui fait partie de la grande Ennéade d'Héliopolis. Déesse du ciel, Nout symbolise le firmament et fut considérée comme la mère des astres.

Ptah (égyptien)
Dans la mythologie égyptienne, Ptah (Celui qui ouvre) est le démiurge de Memphis, dieu des artisans et des architectes.
Il est représenté sous les traits d'un homme enserré dans un manteau lui collant à la peau, portant la barbe divine et tenant un sceptre.

Dans la Triade de Memphis, il est l'époux de Sekhmet et père de Néfertoum.

Ptah est le dieu impérial avec Rê sous l'Ancien Empire. Il fait partie des 5 grands dieux égyptiens avec Rê, Isis, Osiris et Amon. Il peut être représenté sous la forme de Ptah Patèque, un nain nu difforme, qui a fait rire le conquérant Perse.

Il absorbe vite les apparences de Sokaris et de Taténen mais aussi Osiris pour devenir Ptah-Sokar-Osiris.


Dernière édition par le Mar 12 Déc - 15:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 12:43

Horus (égyptien)
Horus est l’appellation grecque d’une des plus anciennes divinités égyptiennes, le dieu faucon ḥr, dont le nom signifie probablement Celui qui est au-dessus ou Celui qui est lointain. Le culte d’Horus remonte sans doute à la préhistoire, car la liste royale du papyrus de Turin qualifie de Suivants d’Horus les rois légendaires qui gouvernèrent l’Égypte après le règne des dieux. Aux débuts de l’époque historique, le faucon sacré est figuré sur la palette du roi Narmer et dès lors il sera constamment associé à la monarchie pharaonique.

Horus est un dieu à multiples facettes, au point qu’on s’est demandé si le nom ne désigne pas en fait des divinités distinctes.

Il est le faucon céleste dont l’œil droit est le soleil et l’œil gauche la lune. C’est sous cet aspect qu’il recevait un culte à Nekhen, l’Hierakonpolis grecque.
À Héliopolis, il était vénéré en tant que Horahkty, l’Horus de l’Horizon, concurremment avec Rê. En tant que tel, il était à la fois le soleil du matin et le soleil du soir. Dans les Textes des Pyramides, le roi défunt ressuscite sous cette apparence de faucon solaire. Par un syncrétisme fréquent dans la religion égyptienne, Horakhty finit par fusionner avec le démiurge héliopolitain, sous la forme de Rê-Horakhty.
Dans le mythe osirien enfin, Horus est le fils d'Osiris et d'Isis. Osiris, assassiné par son frère Seth, est ramené à la vie, le temps d'une union, grâce aux efforts conjugués d'Isis et de Nephtys. C'est de cette union miraculeuse que naît Horus l’Enfant, que les Grecs appelleront Harpocrate, ou Harsiésis, Horus fils d’Isis.
Pour venger la mort de son père Osiris, Horus affronte son oncle Seth, le vainc et reçoit le trône d'Égypte en héritage. Il est par-là même le premier des pharaons. Cependant, sa légitimité sera sans cesse contestée par Seth. Lors du combat qui l’oppose à Seth, Horus perd son œil gauche, qui est reconstitué par Thot. Appelé Oudjat, cet œil, que les Égyptiens portèrent sous forme d’amulette, possédait des vertus magiques et prophylactiques.

À l'opposé donc de Seth, qui représente la violence et le chaos, Horus pour sa part incarne l’ordre et, tout comme pharaon, il est l’un des garants de l’harmonie universelle ; cependant, il ne faut pas réduire la théologie complexe des Égyptiens à une conception dualiste du Bien et du Mal, car, dans un autre mythe, Seth est l’auxiliaire indispensable de Rê dans son combat nocturne contre le serpent Apophis. Bien et mal sont des aspects complémentaires de la création, tous deux présents en toute divinité. (Voir Personnification du principe du mal).

Quels que soient son aspect et son rôle - faucon céleste, dieu créateur ou fils d’Osiris - Horus est le dieu dynastique par excellence. Depuis Narmer, le roi porte le nom dit d’Horus. Il s’agit du premier élément de la titulature pharaonique, du ren maâ, le nom authentique par lequel pharaon définit sa nature. Sous les trois premières dynasties, le nom d’Horus s’inscrivait dans un rectangle surmonté de l’oiseau sacré, le serekh, dont le registre inférieur représente la façade stylisée du palais royal. La signification du serekh est évidente : le roi dans son palais est l’Horus terrestre, à la fois l’incarnation du dieu et son successeur légitime sur le trône d’Égypte. À partir de Kheops, la titulature royale est augmentée d’un autre titre, le nom d’Horus d’or, dont l’interprétation est toutefois incertaine.

Thot (égyptien)
Dans la mythologie égyptienne, Thot est le nom grec de Djehouti (ou Thehuti), le dieu lunaire de Khemenou (Hermopolis Magna).

Représenté comme un ibis au plumage blanc et noir ou comme un babouin, Thot capte la lumière de la lune, dont il régit les cycles, à tel point qu'il fut surnommé « le seigneur du temps ».

Un texte d'Edfou relate sa naissance :

« Au sein de l'océan primordial apparut la terre émergée. Sur celle-ci, les Huit vinrent à l'existence. Ils firent apparaître un lotus d'où sortit Rê, assimilé à Shou. Puis il vint un bouton de lotus d'où émergea une naine, auxiliaire féminin nécessaire, que Rê vit et désira. De leur union naquit Thot qui créa le monde par le Verbe. »

Inventeur de l'écriture et du langage, il est la « langue d'Atoum » et le patron des scribes. Incarnation de l'intelligence et de la parole, il connaît les formules magiques auxquelles les dieux ne peuvent résister. Selon la légende, celui qui était capable de déchiffrer les formules magiques du Livre de Thot pouvait espérer surpasser même les dieux.

Il préside à l'audition des morts au Tribunal d'Osiris, et c'est Maât qui pèse et juge les âmes en les comparant au poids d'une de ses plumes (symboles de justice), afin de décider si l’âme, le Kâ, doit être condamné (le Kâ étant alors dévoré par le monstre protéiforme aux pieds de la balance, généralement à tête de crocodile, au corps de lion - mais les représentations divergent) ou jugé digne d'accéder aux Champs d'Ialou, sorte de paradis éternel dans lequel règne l'ordre imperturbable. Maât correspondrait plus ou moins à notre conception de Justice, à ceci près qu'elle n'est pas qu'un rapport harmonieux relatif au juste et à l'injuste, mais principe d'ordre universel.

Thot en babouin (musée du Louvre).Un passage du Livre de la vache et du ciel explique que Thot est choisi par Rê comme vizir alors que celui-ci s'apprête à quitter le monde des hommes.

Lors de son combat avec Seth, Horus perdit son œil, mais le retrouva par la suite grâce à Thot. Appelé « Oudjat », cet œil représente la victoire de l'ordre (légitime, Horus étant l'héritier du défunt Osiris) sur le chaos (Seth, qui perturbe l'ordre dynastique, et par conséquent l'ordre du monde). Porté sous forme d'amulette, il était censé écarter le mauvais œil ; on le trouve notamment sur la proue des navires, afin d'échapper aux dangereux hippopotames.

Importé dans le monde gréco-romain, Thot y sera assimilé à Hermès/Mercure, plus particulièrement sous le nom d'Hermès Trismégiste.

Geb (égyptien)
Geb est un dieu de la mythologie égyptienne qui fait partie de la grande Ennéade d'Héliopolis. Il est le fils de Shou (dieu de l'air) et de Tefnout (déesse de l'eau), mais aussi le frère et l'époux de Nout (la déesse du ciel).

Geb et Nout furent si proches que rien ne pouvait s'interposer entre eux. Geb fut séparé de Nout par leur père Shou, mais grâce à un stratagème de Nout ils réussirent à s'unir et enfantèrent Osiris, Seth, Isis et Nephtys. Une symbolique veut que Geb et Nout s'unissaient dans le secret de la nuit pour être séparés par Shou au matin.

Dieu de la terre, des plantes et des minéraux, Geb donne à la terre ses fruits et son eau, laissant à sa sœur Nout, le royaume de cieux. Il est l'un des quatre éléments qui formèrent le monde. La légende veut que les tremblements de terre aient comme origine les éclats de rire de Geb.

Geb est aussi le symbole de la royauté, qu'il aurait enlevée de force à son père, Shou, devenu trop vieux. Il devint ainsi le premier roi mythique de l'Égypte et donna son nom au trône de pharaon qu'on appelait le « trône de Geb ».

On le représentait sous les traits d'un homme à la peau noire ou verte, étendu sur le sol et séparé de la voûte céleste (Nout) par son père Shou. Les couleurs noire et verte sont des couleurs très positives pour les égyptiens de l'Antiquité, car elles représentaient respectivement la terre noire fertilisée par le limon des eaux du Nil (indispensable pour assurer une bonne récolte), et le vert de la végétation, et, plus généralement, les choses vivantes. Quand il symbolise la royauté, on le rencontre coiffé d'une couronne.

Dieu de la mémoire, et guide de la main des scribes, Geb était honoré à Héliopolis, et son animal sacré était l'oie, qui formait d'ailleurs un des hiéroglyphes de son nom.

Anhur (égyptien)
Dieu de la guerre et des tempêtes

Bast (égyptien)
Bastet est une déesse de la mythologie égyptienne. Le nom que lui donnaient les Égyptiens était plus vraisemblablement Bast. La confusion vient du fait qu'un hiéroglyphe était souvent ajouté après le mot pour préciser la prononciation du son final. Les premiers égyptologues ne l'avaient pas interprété en tant que tel, conduisant à la translittération en Bastet.

Fille du dieu soleil Rê, elle est cependant parfois considérée comme la fille d'Amon. Bastet est une des déesses les plus discrètes du panthéon égyptien, et n'est jamais représentée, sinon dans son temple à Bubastis, qui, selon Hérodote, aurait été, à son époque, le plus beau temple du pays, avec le plus de fidèles. On peut encore visiter les restes du temple qui lui était dédié à Tell Basta (Bubastis en grec, et Per Bast en égyptien, La maison de Bastet).


Bastet (Louvre)D'abord divinité locale de la ville de Bubastis, le culte de Bastet se propage progressivement à tout le pays. Vénérée dès la VIe dynastie, sous le règne de Pépi II, on l'imagine comme le pendant d'Hathor de Dendérah. Un culte de Bastet s'installe à la Basse Époque à Saqqarah non loin du complexe funéraire de Téti, dont la ferveur est attesté par les innombrables ex-voto dédiés à la déesse chatte retrouvés sur place ainsi qu'aux nécropoles d'animaux toutes proches qui abritent encore des milliers de momies félines témoignages des dévots antiques.

Bastet est une déesse à double visage. Sous sa forme de chatte ou de déesse à tête de chat, elle est la déesse bienveillante protectrice de l'humanité, également déesse musicienne de la joie et déesse de l'accouchement. On la représente ainsi parfois souriante. En revanche, sous les traits d'une déesse à tête de lionne, elle s'identifie alors à la redoutable déesse de la guerre, Sekhmet. L'apparence de Bastet évoque celle d'autres dieux ; elle a les hanches d'Horus, le ventre d'Osiris et le nez de Thot, ce qui fait d'elle un personnage multiple et singulier.

La séduisante déesse à tête de chat, sacrée, protectrice des femmes et des enfants, détient le pouvoir magique qui stimule l'amour et l'« énergie charnelle ». Un atout qui lui valait un culte tout particulier de la part des Égyptiens.

Bastet est une déesse aux caractères antagonistes, douce et cruelle, elle est aussi attirante que dangereuse. Bastet est aussi le symbole de la féminité, la protectrice du foyer et la déesse de la maternité. Mais toujours en elle, sommeille le félin, et c'est ainsi que Bastet lutte contre le serpent Apophis chargé de contrecarrer la course de l'astre solaire. Elle porte souvent un sistre dans sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 13:07

Celtique

Belenos (celtique)
Dans la mythologie celtique, le dieu gaulois Belenos (latin Belenus) est comparable à l'Apollon du panthéon de la mythologie grecque. Il est parfois désigné par le théonyme de Maponnos, c'est l'équivalent du Diancecht irlandais. Sa parèdre est Belisama, « la très brillante ».

C'est un dieu lumineux, dont le nom signifie « resplendissant », « éclatant », ses fonctions principales sont la médecine et les arts.

Brigantia (celtique)
Brigit / Brigantia est souvent comparée à la Minerve des Romains, dont elle partage un certain nombre de fonctions. Elle est la déesse-mère, elle règne sur les arts, la guerre, la magie et la médecine. Elle est la patronne des druides, des bardes (poètes), des vates (divination et médecine) et des forgerons.

Arawn (celtique)
Dans la tradition galloise de la mythologie celtique, Arawn est le roi de l'Autre-monde, l'Annwvyn. Il apparaît notamment dans le premier conte des Mabinogion, intitulé : Pwyll, prince de Dived.

Arawn parcourt les forêts, avec une meute de chiens rouges, poursuivant le cerf. Il a un rival nommé Hafgan qui détient un domaine voisin et a les mêmes pouvoirs que lui. Un matin, il rencontre Pwyll et lui propose d'échanger leurs royaumes pendant un an et un jour. Cependant, il y a une condition : Pwyll devra battre mais ne pas achever Hafgan, lors d'un duel sur le gué. Pour sa part, Arawn n'a jamais réussi à venir à bout de son adversaire. Pwyll réussit dans sa quête et, en outre, respecte l'épouse d'Arawn.

Math Mathonwy (celtique)
Math est le roi du Gwynedd, réputé pour sa magie. Son nom est apparenté à celui de l'ours, qui est l'animal emblématique de la royauté. Il ne peut vivre que les pieds dans le giron d'une vierge, excepté pendant les périodes de guerre. La jeune fille qui remplit cet office se nomme Goewin, elle fiancée à Gilvaethwy. Le druide Gwydyon, neveu de Math, déclare la guerre à Pryderi pour forcer son oncle à intervenir, et permette à Gilvaethwy de prendre la jeune fille libérée. Usant de sa magie, le roi berné les transforme en animaux. C'est Arianrhod qui doit prendre la place de Goewin, et Math doit vérifier sa virginité avec sa baguette magique. Parallèlement, Gwydyon doit faire l'éducation de Lleu, qui est en fait un avatar du tout-puissant Lug.

Dagda
Le Dagda (« dieu bon » - Daga Devos) est, dans la mythologie celtique irlandaise, le dieu le plus important des Tuatha Dé Danann juste après Lug. Il est aussi connu dans la littérature sous les noms de Eochaid (« qui combat par l'if »), Ollathair (« le père puissant ») et Ruadh Rofessa (« Rouge de la science idéale »). Il apparaît notamment dans le récit « Cath Maighe Tuireadh » (bataille de Mag Tured).

Diancecht
Dans la mythologie celtique irlandaise Diancecht est le dieu-médecin des Tuatha Dé Danann. Son nom qui signifie : « prise rapide » évoque la précision de sa magie et l’efficacité de sa médecine. Sa fonction relève des trois classes du schéma indo-européen (sacerdotale, guerrière, artisanale), tel qu’il a été étudié par Georges Dumézil.

Il est le père de Cian et donc le grand-père de Lug, il a aussi une fille Airmed (« la Mesure »), et deux autres fils Miach (« le boisseau ») et Ormiach (jumeau du précédent).

Dans le récit du « Cath Maighe Tuireadh » (bataille de la plaine des piliers) il soigne et rétablit les blessés, il ressuscite les morts en les immergeant dans la Fontaine de Santé tout en chantant des incantations rituelles et magiques ; Airmed collecte les plantes médicinales destinées à la Fontaine. Lorsque Nuada Airgetlam a le bras sectionné dans la première bataille, il lui fabrique une prothèse en argent pour effacer l’infirmité et lui redonner la Souveraineté. Par la suite, par jalousie, il tue son fils Miach qui avait greffé le bras coupé de Nuada. C'est un dieu vindicatif et belliqueux.

Goïbniu
Dans la mythologie celtique irlandaise, Gobniu (ou Goibhniu) est le dieu-forgeron des Tuatha Dé Danann, il appartient à la classe artisanale et relève donc de la troisième fonction qui est la production. Chef des artisans métallurgistes, il est responsable de la fabrication des armes magiques pour les dieux, les héros et les druides. Grâce à son marteau magique, il peut fabriquer une épée ou un javelot parfait en trois coups. Lors de la « Deuxième bataille de Mag Tured » (Cath Maighe Tuireadh), il est blessé par la lance de Ruadan, fils de Brigit et du Fomoire Bres, mais un bain dans la Fontaine de Santé le guérit. Ses frères sont Credne et Luchta.

Il est aussi, dans le Sidh c'est-à-dire l’Autre Monde celtique, le brasseur de la bière et le serviteur des autres dieux au Festin d’Immortalité, le fled Goibnenn. Son équivalent gallois est Gofannon.

Lug
L'importance de Lugus en Gaule est notamment attestée par un certain nombre de toponymes dont le plus connu est Lugdunum (« dunon » en gaulois, qui signifie foteresse et colline - voir article dun), la ville de Lyon et aussi celle de Laon.


Son équivalent au Pays de Galles se nomme Llew Llaw Gyffes (« à la main adroite »), il apparaît dans la littérature dans les récits des « Mabinogion ».


C'est dans les sources irlandaises qu'il en est le plus question, en particulier dans le « Cath Maighe Tuireadh » (la « Bataille de Mag Tured »). De nos jours, Lug est présent dans la fête du 1er août : Lugnasad (Lûnasa en graphie moderne).

Manannan Mac Lir
Dans la mythologie celtique irlandaise, Manannan Mac Lir, littéralement « le Mannois fils de Lir » (Lir étant l’Océan) , son équivalent Gallois est Manawyddan Fab Llyr. Il appartient aux Tuatha Dé Danann (Gens de la Déesse Dana), c’est le dieu-guerrier souverain de l’Autre Monde celtique, le (Sidh). Il en est le régisseur et maître, et à ce titre, il fournit aux autres dieux les cochons fabuleux servis au Festin d’Immortalité.

Si le Sidh se situe sous terre, on y accède par delà les eaux (mers, lacs, fleuves) ; Manannan conduit son char sur les flots et dans les plaines, et son bateau se manœuvre seul. C’est la raison pour laquelle on en fait parfois un dieu marin protecteur des navigateurs ou, au contraire, naufrageur de navires, mais sa puissance le place au rang de ses frères : le Dagda et Ogme. Il est l’époux de Fand qui aura une aventure amoureuse avec le héros Cúchulainn.

Au nombre de ses pouvoirs, il faut insister sur les dons de métamorphose et d’ubiquité ainsi que sur son rôle psychopompe ; il use de son manteau d'invisibilité, notamment pour empêcher Cúchulainn de voir Fand. Il est le père de nombreux enfants divins ou humains.

Il aurait donné son nom à l'Île de Man.

Morrigan
Dans la mythologie celtique irlandaise, Morrigan (ou Morrigu) signifie Grande Reine. Fille d’Ernwas, des Tuatha Dé Danann, c’est la déesse irlandaise de la guerre ou plus exactement, c’est l’aspect guerrier de la Souveraineté ou de la mort en irlande. Elle est aussi connue sous les noms de Bodb (Corneille) ou Macha (Plaine). Elle est l’épouse du dieu-druide le Dagda. Elle apparaît parfois comme un vol de trois corneilles ou comme un corbeau. Comme les autres déités, elle n'est qu’un avatar de la grande déesse féminine Brigit.

Elle se déplace sur les champs de bataille dans un équipage rouge, sur un char guidé par un seul cheval à une patte. Au cours des guerres, elle apparaît sous diverses formes animales et pour l’invoquer, il faut croasser. Entre autres pouvoirs qui sont nombreux, elle peut inspirer la peur ou le courage aux guerriers. Les morts au combat sont les « glands de Morrigane ».

Dans le Táin Bó Cúailnge (la razzia des vaches de Cooley), sous l’apparence d’une belle et jeune fille aux sourcils roux, elle tente de séduire Cúchulainn, qui refuse ses avances. Elle le menace sous l’aspect de différents animaux et, pendant qu’il combat, elle s’enroule autour de sa cuisse alors qu’elle est anguille. Le héros s’en défait et la blesse. Il est alors absent du combat pour un long moment, mais lorsqu'il revient combattre elle lui apparaît pour la dernière fois en jeune femme lavant des dépouilles dégoulinantes de sang. Il sait alors que son heure a sonné.

Plus tard, c’est en corneille qu’elle assiste à l’agonie de Cúchulainn, perchée sur son épaule.

Oghma
Dans la hiérarchie du panthéon irlandais Ogma se place en troisième position derrière Lug, le dieu polytechnicien suprême, et le Dagda, le dieu-druide, dont il est le frère et le complément. Il est au même rang que Nuada et fait donc partie des Tuatha Dé Danann (les Gens de la déesse Dana) et relève de la deuxième classe guerrière dont la fonction est de diriger les héros et les guerriers. Dans ce rôle martial, il est vêtu d’une peau de lion et il est armé d’un arc et d’un carquois ainsi que d’une massue. En tant que dieu de la magie, il a le pouvoir de paralyser ses ennemis.

Inventeur mythique de l’écriture, on lui attribue la création des Ogam qui constituent l’alphabet des druides. Par conséquent, l'éloquence et la poésie entrent également dans ses attributions. On le représente alors comme un vieillard dont la bouche, d’où jaillissent l’or et l’ambre précieux, fascine la foule. On le montre aussi muni d’une langue reliée aux oreilles des hommes par une chaîne qui symbolise son rôle de rassembleur et de civilisateur.

La racine de son nom signifie « chemin, sentier », il indique la juste direction aux vivants et devient psychopompe pour les morts qu’il accompagne dans l’Autre Monde.

La chasse sauvage (celtique)
Aussi appellé Cernunos. Cernunos signifie "le cornu", sans doute à cause de son front surmonté d'une large ramure de cerf. On le représente souvent groupé à deux autres divinités, lui est assis, jambes croisées. Il se rencontre aussi seul mais dans ce cas sa tête est triple, soit une tête est de face et les deux autres sont de profils, soit il porte deux petites têtes collées à son crâne juste au dessus des oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 13:27

Nordique



Bragi (nordique)
Bragi est le dieu de la poésie dans la mythologie nordique.

Hel (Nordique)
Hel est la déesse des Enfers dans la mythologie nordique. Elle est la fille de Loki et de Angrboda, sœur de Fenrir et de Jörmungand.

Elle fut jetée en Helheim par Odin, qui lui donna autorité sur tous ceux qui étaient morts de maladie ou de vieillesse. Elle ne sera pas présente lors du Ragnarök, mais enverra une armée de morts commandée par son père. En attendant ce jour, elle construit Naglfar, un navire fait avec les rognures d'ongle des morts.

Régnant sur neuf mondes infernaux, elle a pour seuil la Perfidie, pour lit la Maladie, pour écuelle la Disette et pour couteau la Faim.

S'il n'y a pas de mention de son apparence

Les Nornes (nordique)
Les Nornes vivent sous la protection du grand Yggdrasil, l'arbre monde au centre du cosmos où elles tissent la grande tapisserie des destins. Chaque vie humaine (ou divine) est symbolisée par un fil de leur pelote, et la longueur de chaque fil représente la durée de cette vie.

Ainsi, tout est prédéfini au sens des Nornes : même les Dieux possèdent leur propre fil, bien que les Nornes ne les laissent pas l'apercevoir. L'opinion tranchée des Dieux, sur le fait même qu'un pouvoir existe en dehors de leur contrôle et les implications qui en découlent - ils sont mortels eux aussi - sont les thèmes majeurs de la littérature sur la mythologie nordique.

Aegir
Ægir (« mer » en vieux norrois) est un géant de la mythologie nordique, personnification de la mer.

Balder
Dans la mythologie scandinave, Baldr (vieil islandais Baldr, latin Balderus) était un des Ases, le fils d'Odin et de Frigg.Son épouse est Nanna, et leur fils Forseti. Il est décrit comme «si beau d'apparence et si clair qu'il en est lumineux, et il y a une plante si blanche qu'elle est nommée d'après le cil de Baldr. C'est la plus blanche de toutes les plantes, et cela nous donne une idée de sa beauté, tant de chevelure que de corps. C'est le plus sage des Ases et le plus éloquent et le plus miséricordieux, mais c'est une de ses particularités qu'aucune de ses décisions ne soit accomplie.» (Snorri Sturluson, Edda en prose 2:22.) Son domaine est Breidablik, qui est dans les cieux (ou en Suède, selon la Ynglinga Saga), dans une contrée d'où le mal est banni.

Forseti
Dans la mythologie scandinave, Forseti (Fosite, Foseti, Forsete) était un des Ases, le fils de Baldr et de Nanna. Sa demeure, Glitnir, est dans les cieux, et il est réputé pour son sens de la justice, qui résout tous les conflits légaux.

Freyja
Freyja est généralement considérée comme la déesse de terre et de la fertilité dans la mythologie nordique. Freyja signifie dame ou « souveraine », en vieux nordique (cf. fru ou Frau en scandinave ou en allemand). Il n'y a pas de source indiquant qu'elle fut appelée pour apporter fertilité aux champs et aux femmes; elle était la déesse de l'intimité. Elle était également la déesse de l'amour, du sexe, de la guerre, des prophéties et de l'attirance entre personnes ; elle devint donc une des déesses les plus populaires. Elle peut être considérée comme l'équivalent de Vénus et d'Aphrodite. Il est probable qu'elle soit le descendant mythologique le plus direct de Nerthus.

Freyja est une Vane, déesse de l'amour dans la mythologie nordique, elle est belle, possède des yeux bleus et une chevelure dorée. Elle est la fille de Njörd, et la sœur jumelle de Freyr. Sa fille s’appelle Hnoss.

Odr, le mari de Freyja, « un homme qui voyage loin », est probablement une hypostase d'Odin ou Odin lui-même, car celui-ci disparaît peu après leur mariage. Après la disparition de Odr, Freyja pleura des larmes d'or rouge qui se transformaient en ambre quand elles tombaient dans la mer. On la confond parfois avec Frigg, l'épouse d'Odin, déesse du mariage.

A l'instar d'Odin, elle reçoit dans son manoir Sessrumne à Folkvang la moitié des guerriers morts au combat, qu'elle guidera au combat le jour du Ragnarök. Elle est considérée comme la première parmi les Valkyries.

Son char est tiré par deux chats. Son collier magique, le collier des Brísingar, la rend irrésistible. Elle aime le chant et a beaucoup d'amants.

Contrairement à beaucoup d'autres dieux, elle est appréciée des géants et plusieurs d'entre eux la convoitent.

Freyr
Freyr, ou Frey, est le dieu de la vie et de la fertilité dans la mythologie nordique.

Freyr est frère de Freyja, la déesse de l'amour et fils de Njörd. C'est le chef de file des Vanes, la deuxième famille divine. Il dispose de la pluie et du soleil, ainsi que des moissons.

Il profita un jour de l'absence d'Odin pour utiliser son trône, ce qui lui permit de voir toute la terre. Il découvrit alors la géante Gerd, dont il tomba amoureux. Mais pour obtenir sa main, il dut mettre en gage son épée. Malheureusement l'épée de vie, qui avait le pouvoir de combattre seule, fut perdue à jamais. Il utilisa par la suite une puissante épée en bois de cerf qui lui permis de terrasser plus d'un géant, mais qui ne lui permettra pas de vaincre Surt le jour du Ragnarök.

Dans le monde scandinave, Freyr est souvent représenté comme un homme barbu, aux attributs virils disproportionnés.

Frigga
Frigg est une déesse de l'amour, protectrice du mariage et de la maternité. Elle est la femme d'Odin et la mère de Baldr. Comme les Nornes elle connaît le destin de chaque être.

Heimdall
Fils de neuf mères, vraisemblablement les Filles d'Ægir personnifiant les vagues. Protecteur d'Ásgard et des hommes, gardien du Bifröst, il est chargé d'alerter les dieux du début du Ragnarök. Il habite Himinnbjörg (mont du ciel) juste à côté du Bifrost. Veilleur des Dieux, il possède le cheval Gulltopp et un cor, Gjallarhorn, dont le son s’entend dans les neuf mondes.

Idun
Déesse de la longévité, gardienne des pommes de jouvence, femme de Bragi, fille du géant Ivaldi et sœur de Orvandil.

Odin
Chef des Ases. Créateur des hommes, père de Thor. Il est le dieu de la victoire, de la sagesse, de la fureur, de l'inspiration poétique, de la sorcellerie…

Sif
Géante, femme de Thor, mère de Modi et Magni. Mère de Ull d'une précédente union. Elle a une chevelure dorée (que Loki lui coupera) et représente la fertilité. Elle a la capacité de prendre la forme d’un cygne et aurait le don de prophétie.

Surtur
Géant du feu, roi de Muspellheim. Co-créateur des 9 mondes, il les détruira à l'aide de son épée de feu au terme du Ragnarök.

Thor
Dieu du tonnerre, fils d'Odin et de la géante Jördh (terre). Il est l'époux de Sif et le père de Modi (le courage), de Magni (la force) et de Thrudhr (la vigueur). Il est le dieu de la force et de la guerre au sens de combat. Il est aussi un dieu de la fertilité et du mariage.

Thrym
Déesse de la vigueur, fille de Thor qui épousa Hod, le frère de Baldr

Tyr.
Dieu de la guerre, de la justice et de l'assemblée du peuple dans la religion nordique. Son nom signifie dieu et s'écrit avec la rune de puissance tyr

Loki (nordique aussi pandemonium)
Dieu du feu et du mal, fils des géants Farbauti et Laufey. C'est un semeur de discorde qui pouvait changer de forme. Il complota pour tuer Baldr et fut impitoyablement châtié pour ce crime.


Dernière édition par le Mar 12 Déc - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 14:15

Chinois

Lei Kung (Chinois)
Dieu du tonnerre.

Chih-Nii (Chinois)
Déesse du filage. Chih Nu Déesse du tissage qui fabriquait les belles robes de toutes les autres divinités.

Fu Hsing (chinois , terre des immortels)
Dieu de la végétation et inventeur de l'écriture.

K'ung Fu Tsu (chinois , terre des immortels)
Confucius philosophe et théoriciens.
est le personnage historique ayant le plus marqué la civilisation chinoise. Considéré comme le premier "éducateur" de la Chine, son enseignement a donné naissance au Confucianisme, une doctrine politique et sociale qui a été érigée en "religion d'état"

Lao Tseu (chinois terre des immortels)
(littéralement « vieux enfant ») est un philosophe chinois qui aurait vécu au VIe siècle av. J.-C.. Il est occasionnellement appelé Laojun, « Monsieur Lao » [1].

Le Livre de la Voie et de la Vertu ou Dao De Jing qu'on lui attribue a initié (a posteriori) le taoïsme et est considéré par d'autres courants également comme un texte philosophique important. Sur sa vie, on ne sait que peu de chose. Certains historiens estiment même qu'il n'a jamais existé.

Il est considéré par le taoïsme religieux comme un dieu et l'ancêtre de toutes les écoles.

Pa Hsien (Chinois terre des immortels)
Fondateur de la Boxe de l'Homme saoul.

Kuan-ti (chinois)
Kuan Ti était le dieu de la guerre. C'était aussi le Grand Juge qui protégeait les gens de l'injustice et des mauvais esprits.

Liu (chinois)
Dieu de l'agriculture

Sung Chiang (chinois)
Etait un voleur célèbre . Quand le brigand est mort il est allé au premier palais de justice de l'Après-monde, Yen-Wang-Yeh a été étonné de tous ses crimes commis. Le juge lui a demandé s'il était désolé pour toutes choses qu'il avait faites. il a indiqué qu'il ne l'était pas, parce que il n'avait rien fait de plus mauvais que les bureaucrates corrompus régnant sur sa province. Son commentaire a causé une recherche et les administrateurs coupables ont été apportés à la justice. Dans la gratitude, Il fut élevé au statut divin , mais seulement après avoir passé chaque palais de justice dans l'Après-monde. Iil a maintenant trois visages, et huit bras, de balances argentées pour la peau, et de yeux rouges qui flambent comme le feu.


Chung Kuel (chinois)
Dieux des voyageurs et des examens.

Kuan Yin (chinois)
Déesse de la compassion, suggéra d'aller chercher Erh-lang le dieu de la vérité, pour combattre le roi des singes en combat singulier.

Shang-ti (chinois)
le "Créateur des cieux et de la terre".


Ch'Eng Huang (chinois)
Dieu chinois de la ville.

Yen-Wang-Yeh (chinois)
Dieu des palais de justice de l'Après-monde.

Les rois dragons (chinois)
Divinité qui règne sur l'océan cosmique (sur les eaux cosmiques, assisté des Huit Grand Rois Dragons (Hachi Dairyuo) Il est inscrit sur le Gohonzon. Voir également ce que représentent les dragons.
1) Nanda (Allégresse);
2) Upananda (Félicité) frère du précédent.
Tous les deux font pleuvoir et nourrissent la terre. Ils représentent également les deux premiers stades du bodhisattvas.
3) Sagara (Océan, Shakatsura, 沙竭羅竜王) gouverne les eaux de l'océan et l'atmosphère. Pour Zhiyi l'océan est la perfection de la sagesse (prajna-paramita) et la grandeur de la non-substantialité (ku);
4) Vasuk (Multiples-têtes) gouverne les multiples eaux de la terre : rivières, lac, étangs. Il personnifie la samadhi (concentration-méditation) sur ce qui s'inscrit dans le temps et ce qui n'a pas de limites;
5) Taksaka (Plusieurs-langues) gouverne les eaux souterraines qui peuvent apparaître comme distinctes en surface mais qui se rejoignent sous terre; c'est le pouvoir des mots, qui peuvent paraître différents alors qu'ils désignent des choses liées, c'est également le pouvoir de l'éloquence;
6) Anavatapta (Sans-chaleur) règne sur le lac glacé Manasarovar dans l'Himalaya, qui était le seul capable de calmer la brûlure causée pas les dragons inférieurs;
7) Manasvin (Grande-vie ou Grand-pouvoir) enroulé sur lui-même et prêt à être lâché en cas de besoin. Il représente la possibilité de contenir l'eau pour en tirer de grands bénéfices. C'est pour Zhiyi la capacité de faire jaillir la boddhéité par l'observation de la voie du milieu;
8) Utpalaka (Etang-obscur) vit dans l'étang où pousse le lotus. Pour Zhiyi la fleur du lotus représente la cause de la boddhéité et l'étang souillé représente la vie.

Généraux des esprits animeaux (chinois)

Shou Hsing (chinois)
En tant que le dieu des salaires et fonctionnaires, Lu Hsing est souvent vénéré par les bureaucrates ambitieux. Il a servi le fondateur de la dynastie de Han d'administrateur fidèle et honnête.

Très peu de renseignements sur les dieux chinois donc je vous laisse à votre immagination
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 14:46

Indien

Kali (Indien)
Kâlî, la Noire est la déesse mère destructrice et créatrice de l'hindouisme. C'est l'aspect féroce de la Devî, la déesse suprême, qui est fondamentale à toutes autres déités hindoues. Kâlî est connue des Veda, contrairement à Shiva. Elle est censée être la septième langue d'Agni, le dieu du feu (la même racine que le mot latin ignis).

Savitri (Indien)
Dieu solaire

Ushas (indien)
La déesse de l'Aurore

Ratri (indien)
Déesse de la nuit.

Brahmâ (indien)
Brahmâ est le dieu créateur de l'hindouisme, le premier membre de la Trimurti, la trinité des déités hindoues majeures (toutes écloses d'un œuf), les autres membres étant Vishnou et Shiva. Sarasvatî est sa shakti, son énergie, son épouse. Sa monture vâhana est un hamsa, une oie ou un cygne. Sa couleur est le rouge. Il n'est pas mentionné dans les Veda (pas comme Brahmâ, mais comme Prajâpati), ni dans les Brâhmana, mais il est cependant très présent dans le Mahâbhârata, le Râmâyana et les Purâna.

Brahmâ intervient seulement de façon occasionnelle dans les affaires des dieux, et encore plus rarement dans celles des mortels. Il est considéré comme le père de Dharma et Atri. Brahmâ vit à Brahmapura, une cité située sur le mont Meru.

Sa vie dure cent de ses années, chacune d'elle valant 2 160 millions d'années des mortels (voir Mesure védique du temps). Brahmâ est un agent du Brahman, le « Soi Suprême » de l'hindouisme.

Ce dieu est un deus otiosus : bien qu'étant le créateur de toutes choses, il n'y a qu'un seul temple lui étant totalement dédié, à Pushkar au Rajasthan.

Agni (indien)
Dans l'hindouisme, Agni est l'un des principaux dieux védiques, seigneur du feu sacrificiel et du foyer. Dans un mariage hindou, Agni est le témoin principal.

Bharata est un épithète d'Agni, d'où provient le nom de l'Inde, Bharat, en hindi et en sanskrit (de Bhatatas, une tribu aryenne).

En tant que dieu du feu, il est à la fois le feu du sacrifice qui permet aux oblations d'être transmises aux dieux, et le feu de la fin des temps qui détruit le monde mais permet sa regénérescence. Par cet aspect, il est lié à la purification.

Agni est également un des dikpala, le gardien du sud-est.

Indra (indien)
Indra - force, courage, puissance - est l'un des principaux dieux de l'hindouisme, divinité de la guerre, le chef suprême des devas. Son importance est devenue moindre dans l'hindouisme tardif, comparée à celles de Vishnu et de Shiva. Indra réside sur le mont Meru.

L'arme d'Indra, celle qu'il utilise pour abattre Vritra, la sécheresse, est l'éclair Vajra, mais il utilise aussi son arc magique, Shakradhanus, l'arc-en-ciel. Son vâhana ou véhicule est Airâvata, l'éléphant blanc aux quatre défenses qui se tient à l'entrée de Svarga, le domaine du dieu dont la capitale est Amarâvatî. C'est là où résident les héros après leur mort sur le champ de bataille et où ils profitent du spectacle des apsaras et des gandharvas.

Indra est également un des dikpala, le gardien de l'est. C'était probablement à l'origine une divinité solaire, conduisant un chariot doré dans le ciel. Apportant l'eau sur la terre, il est parfois vénéré comme un dieu de la fertilité, la force présente dans la substance séminale des êtres vivants, pouvant ramener à la vie les soldats morts sur le champ de bataille.

Son épouse est Indrânî, dont il a tué le père, Puloman. Il a pour descendance Jayanta, Midhusa, Nilambara, Ribhus, Rsabha, Sitragupta et Arjuna dont la mère est Kuntî.

Meghanâda, le fils du démon Râvana, le fait un jour prisonnier à Lankâ, mais les dieux paient sa rançon et le libèrent.

Dans la mythologie tardive, Indra est représenté comme un jeune homme musclé à la peau rouge, possédant parfois quatre bras très longs.

Il est connu dans le bouddhisme sous le nom de Shakra (Shaka en pâli) ou assimilé au bodhisattva Vajrapani. Il est l'un des personnages majeurs des Jâtaka.

Vayu (indien)
Dans l'hindouisme, Vâyu est le dieu du vent et le dikpâla ou gardien du nord-ouest.

Il est représenté juché sur une antilope (rapide comme le vent). Son attribut est généralement un étendard.

Dans le Râmâyana, le singe blanc Hanuman est suposé être son fils, ce qui lui donne le pouvoir de traverser la mer jusqu'à l'île de Lanka.

Rudra (indien)
Les Rudras sont un groupe de dieux dont Rudra fait partie. Rudra est la deuxième facette de Shiva, appelé parfois Shiva-Shankar, la face sombre de Shiva; Dieu des animaux, de la mort, des orages. Dieu hurleur effrayant et dieu des tempêtes. Il représente le côté le plus mystérieux du grand dieu, il n'intervient que dans certaines incarnations (avatars de Krishna) pour rappeller à Shiva qu'il n'y a pas de dualité en lui (puisque Shiva est une conscience pure) lorsque l'être aimé est perdu : on pourrait dire que Rudra est Shiva sans sa Shakti.

Varuna (indien)
Varuna est l'un des dieux les plus importants du panthéon de l'hindouisme. À l'époque pré-védique, il était probablement la divinité suprême, le gardien de l'ordre, dieu de la pluie et des lois, maître du cosmos. Il était omniscient et omnipotent.

Varuna est le maître du rita, l'énergie qui permet de maintenir l'ordre de l'univers. C'est une divinité lunaire, décrite comme un homme à la peau claire portant une armure en or ainsi qu'un lasso fait à partir d'un serpent. Il chevauche un makara, monstre marin qui lui sert de vâhana ou monture.

Varuna est un dieu de la mort et peut accorder l'immortalité. Il est surtout associé à la pluie. Après que Indra lui eut ravi sa place de maître de l'univers, Varuna devint le dieu des océans et des rivières et le gardien des âmes des noyés. Il est servi par les nâgas, êtres moitié humain, moitié serpent.

Selon certains auteurs, il était originellement le même dieu indo-européen que Ouranos, le dieu du ciel dans la mythologie grecque. François Cornillot, spécialiste du Rig-Veda et de l'Avesta, considère qu'il ne formait à l'origine qu'un seul dieu avec Mitra, le dieu des contrats et de l'amitié entre les hommes. Ces deux divinités sont d'ailleurs très souvent citées ensemble.

Yama (indien)
C'est le Seigneur de la Mort dans l'hindouisme, celui des Védas.Il est décrit de façon populaire comme le juge des morts qui se tient à la porte de l'enfer, qui pèse leurs bonnes et leurs mauvaises actions, et qui décide de leur destin. À la mort ses serviteurs, appelés "les divinités de Yama" emmènent l'âme et la font descendre dans le royaume de Yama. Le premier être humain et donc le premier être à mourir, il est le fils de Vivasvat et de Saranyû, une des filles de Tvashtri, Yama est parfois considéré comme le frère de Manu. Il a de nombreuses épouses, les dix filles de Daksha, Dhûmornâ, une forme de Shrî, Hemamâlâ, Susdhilâ, Vijayâ et surtout sa sœur jumelle Yamî, sa shakti, qui après sa mort devient la déesse Yamunâ.

Durant la période classique, il est parfois considéré comme le fils du soleil, Sûrya, qui peut parfois être destructeur.

Yama fait partie des dikpâla ou gardiens de l'espace. Il est le gardien du sud, généralement considéré comme néfaste.

Dans l'iconographie, il est généralement représenté avec un visage bleu nuit, une tête de buffle et deux bras tenant l'un un gourdin en forme de colonne vertébrale surmontée d'un crâne (danda) et l'autre un nœud coulant (paśu). Son phallus est en érection et il chevauche nu un buffle crachant du feu.

Brishapati (indien)
Brihaspati est le précepteur des dieux

Mitra (indien)
Dieu du soleil.

Shiva (Indien)
Dans la Trimûrti, Shiva est le destructeur, alors que Brahma (Brahmā) et Vishnou sont respectivement le créateur et le conservateur. Cependant, bien qu'il représente la destruction, il est considéré comme une force positive, puisque, après la destruction, survient la création régénératrice. Il sauve d'ailleurs le monde dans au moins deux circonstances, lorsqu'il s'interpose entre la terre et les pieds de Kâlî rendue furieuse parce qu'elle perdait contre lui à l'occasion d'un concours de Bharata Natyam et lors du barattage de la mer de lait quand il avala la coupe de poison que celle-ci engendra, poison qui lui laissa une trace bleue sur la gorge.
Shiva et Pârvatî,En fait, Shiva représente moins le mal que la transcendance, le gouffre qui sépare l'humain du divin devant lequel l'homme est saisi de terreur sacrée . Shiva est le destructeur et le créateur, mais cet antagonisme n'est qu'apparent ; ils sont en effet perçus comme réciproquement dépendants, une complémentarité paradoxale en quelque sorte. Lorsque Shiva est présenté en Nataraja, le Seigneur de la danse, il marque de son talon le rythme ternaire du tandara, symbolisant la création, la permanence et la destruction (chacune des pointes du trident).

Il est le commencement et la fin, le yogi ascète et le luxurieux tantrique, la bonté et la fureur, l'alpha et l'oméga. Shiva n'est pas connu des Veda, il pourrait être une forme de Rudra (littéralement « le Rouge » aussi appelé « le Hurleur », un dieu terrifiant) qui évolua ultérieurement.

Tvashtri (Indien)
Dieu des artifices et de la science

Pûshan ( indien)
Encore un dieu solaire
Le dieu édenté, protecteur du bétail et des gens des campagnes, qui perdit ses dents qui lui furent enfoncées dans la gorge

Soma (Indien)
Dieu de l'inspiration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 15:15

Japonais

Amatsu-Mikaboshi (Japonais)
Kami du mal dont le nom signifie "Auguste Etoile du Ciel" et il est aussi nommé Ama-no-kagaseo (mâle brillant).

Ama-Tsu-Mara (japonais)
Dieu des forgerons

Inari (japonais)
Le dieu du riz.

Raiden (japonais)
Ordinairement dépeint comme un démon cornu au corps rouge. Il portait un tambour sur son dos pour produire le son du tonnerre.

Ô-Wata-Tsu-Mi (japonais)
Le seigneur des océans

Tsuki-Yomi (japonais)
Dieu de la lune.
Il serait né d’Izanagi : Souillé par l'enfer, Izanagi se purifia. En lavant son oeil gauche, il donna naissance à Amaterasu, la déesse du soleil ; en lavant son oeil droit, il enfanta Tsukiyomi, le dieu de la lune. Susanoo, le dieu des tempêtes, naquit de son nez.

Shina-Tsu-Hiko (japonais)
Dieu des vents

Susanowo (japonais)
Frêre de Amaterasu.
Kami des tempêtes, du tonnerre, du chaos.
Il possèdait l’épée Kusanagi qu’il avait trouvée dans la queue de dragon à huit têtes qu'il a tué.
Il épousa Kusinada.
Il est né d’Izanagi : Souillé par l'enfer, Izanagi se purifia. En lavant son oeil gauche, il donna naissance à Amaterasu, la déesse du soleil ; en lavant son oeil droit, il enfanta Tsukiyomi, le dieu de la lune. Susanoo, le dieu des tempêtes, naquit de son nez.

Nai Nô Kami ( japonais)
Nai No est le kami des tremblements de terre

Amataresu (japonais)
Le soleil.

Shichifukujin (japonais)
Le groupe des sept divinités du bonheur, censées apporter fortune et bonne santé, fut constitué au début du 14e siècle (ère Muromachi) d'après un modèle chinois. Il ne devint l'objet de la vénération populaire qu'au début du 17e siècle (ère Edo).
Composé de divinités bouddhistes, brahmaniques, taoïstes et shintoïstes, le groupe des sept déités du bonheur symbolise pour les confucéens les sept vertus essentielles de l'Homme: Longévité, Chance, Popularité, Candeur, Magnanimité, Dignité et Gentillesse.
Ebisu, le dieu des pêcheurs et de la prospérité
Hotei, le dieu du contentement et du commerce
Fukurokuju, d'origine chinoise, est le dieu de la richesse, de la longévité, de la virilité et de la sagesse
Jurôjin, dieu de la prospérité et de la longévité
Benzaiten (ou Benten), la déesse de l'éloquence, de la musique, de la littérature, des arts et des sciences, de la vertu et de la sagesse, de la prospérité et de la longévité
Bishamonten, le dieu protecteur de la loi bouddhique et aussi dieu de la prospérité et de la guerre
Daikokuten le dieu de la richesse.

Sûrya (japonais)
Dieu du soleil, Surya est le chef suprême des Navagrahas. C'est la forme céleste du feu Agni. Dieu de la procréation, il prend parfois la forme d'un taureau. Parce qu'il se consume lui même, il symbolise le sacrifice cosmique. Il est appelé Pavaka le purificateur, Ravi le diviseur, Jayanta le victorieux ou Jivana la source de vie.

Ho Masubi ( japonnais)
Dieu du Feu

Kura Okami (japonais)
Dieu de la pluie

Hachiman (japonais)
C'est le nom du dieu japonais de la guerre

Ô-Kuni-Nushi (japonais)
Dieu de la médecine et de la magie.
Fils de Susano-Wo et de Kusinada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerthimon
Maître du Chaos
avatar

Nombre de messages : 2209
Age : 39
Date d'inscription : 27/10/2006

Feuille de personnage
Point de vie:
100000000/100000000  (100000000/100000000)

MessageSujet: Re: Panthéon Humain   Jeu 23 Nov - 16:11

Panthéon amerindien

Corbeau
Esprit protecteur. Ceux qui le possédaient étaient d'excellents chasseurs jouissant d'une grande finesse dans la chasse. Le Corbeau était à la fois bienfaisant et maléfique et sa malice l'a condamné à être noir pour toujours. Les Haidas, les Tlingits et les Tsimshians avaient des clans qu'ils appelaient Corbeau.

Coyote
Coyote est le maître de l'illusion qui tombe souvent dans ses propres pièges ; il se laisse prendre à son propre jeu.
Et nul n'est plus étonné que lui quand cela tourne mal !

En revanche, cet étourdi réussit toujours à survivre. Cet animal est le fidèle reflet de nos absurdités.

En se promenant d'un désastre à l'autre, Coyote porte l'art du sabotage au summum du raffinement.
Grâce à lui, le rire et le sens de l'humour ont leur place dans nos vies.

Il est souvent accompagné dans ses actions par son chien, Rattlesnake.

étoile du matin
Feu
Esprit du feu
Grand esprit
Lune
Serpent
Soleil
Tonnerre
vent
Terre

Des esprits de la Nature.

Panthéon aztèque

Axayacatl
Axayacatl est un empereur aztèque

Centeotl
Dieu du maïs

Chalchihuitlicue
Déesse des rivières, des lacs. C'est la compagne de Tlaloc et on la représente avec une face de grenouille.

Huitzilopochtli
C'est le dieu de la guerre, dieu principal de Tenochtitlán. C'est un des aspect du dieu-Soleil

Ixtlilton
Dieu de la médecine que l'on invoquait pour la guérison des enfants malades.

Metzli
La lune

Mictanchihuatl et Mictlantecuhtli
Ils dirigent la vie après la mort

Nezahualcoytl
Roi prêtre de mexico

Nezahuldilli
Fils de Nezahualcoytl et prêtre roi aussi

Ometeotl
Ometeotl est ''le dieu-au-dessus-tout". Il est l'ancêtre des dieux

Quetzalcoatl
"le Serpent à plumes" était à l'origine le dieu de la végétation . Il devint ensuite le dieu des prêtres et de la pensée religieuse. Peu à peu il s'est confondu avec un héros historique qui serait parti vers l'est sur un radeau en promettant de revenir un jour. Peut également se traduire par "Serpent-Quetzal", le quetzal étant un oiseau au plumage chatoyant. Il se nomme Kukulkan chez les Mayas.

Tezcatlipoca
Dieu gardien du soleil

Tlaloc
Dieu de la pluie

Tlazolteotl
Déesse de l'amour des plaisirs et du vice.

Xochipilli
Dieu de la beauté du bonheur et de la musique

Xochiquetzal
La déesse des fleurs, de la danse, et de l'amour approprié. Soeur du dieu d'au dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Panthéon Humain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Panthéon Humain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panthéon Humain
» mineur humain pour warhammer jdr
» Meilleur Rpiste Humain
» Database : Humain
» Le Panthéon Divin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planescape :: REGLES :: Règles :: Puissances-
Sauter vers: